Logo Association Les Nouveaux Mondes
Sagesses Anciennes & Nouvelles Sciences

Publications à la Une !

Isabelle Duffaud, fondatrice de l'Association Les Nouveaux MondesPour connaître les événements organisés ou diffusés par "Les Nouveaux Mondes" consultez l'Agenda

Entretien avec Joseph Caccamo – Eglises Romanes, lieux initiatiques

Joseph Caccamo, né à Tunis a suivi l’enseignement religieux du petit séminaire de la Marsa, près de Carthage, jusqu’à ses 18 ans. Il poursuit ensuite ses études supérieures à l’Université de Toulouse et il est titulaire d’une licence d’Italien, d’un CAPES et d’une agrégation de grammaire. Il enseigne pendant 10 ans en France et dans des universités à l’étranger les langues française, latine et grecque.
Depuis 20 ans, il parcourt les chemins de pélérinage en suivant la voie du Puy et celle de Vézelay jusqu’à Santiago.

L’art roman est avant tout un enseignement, qui, comme chez Platon et Aristote, se fait à deux niveaux :
Au niveau ésotérique, pour les disciples, et au niveau exotérique, pour le public extérieur. Victimes des anathèmes politico-religieux contre tout ce qui ne relevait pas de la foi et des dogmes officiels, nous l’avons trop souvent enfermé dans le carcan de l’enseignement de l’orthodoxie des Pères de l’Église ou des schémas classiques de notre culture gréco-latine.
En fait, un foisonnement si prodigieux ne pouvait se concevoir sans qu’il ne fût l’effet d’un besoin impérieux et désespéré de nous dire autre chose…
une autre chose qui ne pouvait se montrer autrement qu’à travers des codes ou des messages cachés. Ceci parce que, délaissant la plupart du temps l’héritage gréco-latin, l’art roman plonge, en fait, une bonne partie de ses racines dans une ou des cultures parallèles au christianisme officiel, ainsi que dans l’héritage des rites initiatiques égyptiens, des traditions anciennes de la cabale et de celles, contemporaines, de la religion et de la culture celtes.
Si nous voulons cesser d’être de simples touristes devant ces merveilles qui continuent à garder leur mystère, il nous faut humblement abandonner nos clichés et schémas intellectuels habituels et entrer, comme tout pèlerin, par la porte du nord, pour éprouver la voie du cheminement vers la lumière, celle qui nous mènera à un véritable et indispensable retournement.
C’est ce même retournement qui nous permettra d’aller revisiter nos mythes fondateurs, non pas pour les récuser, mais pour leur donner le sens qu’ils ont toujours eu sur le plan théologique, philosophique ou simplement humain.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *